Retour à l'Accueil / De 90 à nos jours: la ligne claire méridionale

De 90 à nos jours: la ligne claire méridionale

De 90 à nos jours: la ligne claire méridionale
De 90 à nos jours: la ligne claire méridionale
Avec l'enseignement de la BD belge, l'évolution vers un trait plus précis, avec de nouveaux personnages jeunesse, plus attachants les uns que les autres.

Mais c’est donéravant en tant qu’auteur complet qu’il va travailler. Dans ses deux albums « Sigale », parus aux éditions Dargaud (« Aiguesieste » et « Paris la douce »), il se plaît à créer un monde proche des romans de Marcel Pagnol. Il le dessine dans un style que l’on qualifiera de « ligne claire méridionale » : un mariage heureux entre le style d’Hergé et celui de Dubout !

 

 

En 1997 dans « Le petit Léonard », un journal d’initiation à l’art pour les jeunes lectrices et les jeunes lecteurs, il entreprend de dessiner l’étonnante « Histoire de l’art en bandes dessinées » : 584 pages de B.D. au cours desquelles il raconte la vie et les œuvres des peintres, des sculpteurs, des architectes de l’antiquité à nos jours.

C’est pour « Le Petit Léonard » qu’il anime tous les mois les facéties artistiques de « Sylvestre et Caroline », une série de gags destinés aux plus jeunes.

 

 

Depuis 1998 il anime, tous les mois, dans la revue « Arkéo Junior » les gags inattendus des « Chandefouille », une famille d’archéologues qui parcourent le monde. Pour la même maison d’édition (Faton), il adapte en B.D. des classiques de la littérature : « Ubu roi » d’Alfred Jarry, « Poil de carotte » de Jules Renard, « Le chien des Baskerville » dans la série des Sherlock Holmes de Sir Arthur Conan Doyle, « Histoires extraordinaires » d’Edgar Allan Poe

 

 

Et en 2012, il rend hommage  au créateur de la B.D. « Blake et Mortimer » en adaptant « Face au drapeau », un roman de Jules Verne. L’album paraît aux éditions « Pan Pan », en Belgique, sous le titre « Le fulgurateur Roch », agrémenté d’un superbe ex-libris dessiné par son ami et collaborateur Bernard Jivarol.

 

 

Christian Goux, intarissable, travaille actuellement sur une B.D. autobiographique : « Café du Rond-Point ». Il y décrit la vie quotidienne dans une ville du midi au début des années 50 : le monde vu par un enfant de cinq ans, quand on écoutait l’arrivée de l’étape du Tour de France dans un énorme poste T.S.F à la terrasse d’un café, à l’heure de l’apéritif !