Paul et Léon

Paul et Léon
La femme du contrebandier

C'est à la terrasse du café de Grimaud (Var) où il passe quelques jours de vacances, que Christian Goux dessine son premier album de BD: « La Femme du Contrebandier », un récit onirique en noir et blanc qui sera édité par Haga à Toulouse en 1969.
Il est dédié à Jean-Louis Vidal, un ami toulousain de l'auteur. C'est encore la période underground. Christian Goux découvre dans la revue "Actuel" les dessinateurs américains Robert Crumb et Shelton : toute une époque !
Dans l'hebdomadaire "Hara-Kiri hebdo" (qui deviendra bientôt "Charlie hebdo"), il adore les dessins de Gébé.
C'est dans cet esprit très libre, aussi bien dans la narration que dans le graphisme qu'il va écrire et dessiner "La Femme du contrebandier". Il s'agit d'un récit réalisé d'un seul jet, sans aucune retouche, et dans un temps record (une journée !).
Dans le même album figure un second récit de Paul et Léon, "Le phare des centrifuges", réalisé dans les mêmes conditions. A son retour de vacances, Christian Goux proposera à Jean-Claude Faur, à la bibliothèque munipale de Toulouse, l'édition de ces deux aventures. Ce sera chose faite quelques mois après.
La femme du contrebandier (extrait page 9)
Le phare des centrifuges (extrait page 5)

Caractéristiques

  • Editeur :
  • Année : 1969
  • Où trouver cet album :