Retour à l'Accueil / Les rencontres des années 80

Les rencontres des années 80

Les rencontres des années 80
Les rencontres des années 80
Les rencontres des années 80
Les rencontres des années 80
Les rencontres des années 80
Rédacteur en chef de Tintin France, auteur-dessinateur, scénariste, ... L'inspiration et l'imagination pour de nouvelles aventures!

A partir de 1979, le journal « Pif-gadget » publie régulièrement les épisodes de « Manivelle », une série humoristique très animée, d’un petit chauffeur routier débrouillard, proche cousin de Saucisson Smith. Pendant sept années Christian Goux dessine plus de 450 pages de « Manivelle et Camélécamion ».

 

 

Comme, à cette époque, il dessine tout le temps et très vite, il publie des B.D. dans de nombreux journaux pour enfants : « Claquenouille » dans Spirou , « Fairizette et Grobizou » dans  Lili-Aggie , « Kim Play le détective volant » dans Triolo , le « Croque-béton » dans Pistil

 

 

Le groupe de presse « Cinq-pouce » qui édite ce dernier titre, rachète un jour l’édition française du journal belge « Tintin ». Christian Goux étant un « tintinophile » averti, (il collectionne depuis toujours les éditions originales en noir et blanc des albums « Tintin et Milou »), on lui propose le poste de conseiller à la rédaction du magazine « Tintin ». En 1980 il passe rédacteur en chef de l’édition française.

 

 

Il propose à Hergé, le créateur de « Tintin et Milou » de republier dans l’hebdomadaire, les pages originales des aventures du petit reporter  et de son chien, mises en couleur par les « studios Hergé », avenue Louise à Bruxelles.

 

 

Hergé accepte et le lecteur français peut alors suivre chaque semaine « Le lotus bleu » et « Le sceptre d’Ottokar » en « v.o. colorisée ». Un vrai scoop pour le journal !

 

 

Avec l’autorisation d’Hergé, Christian Goux publie chaque semaine dans l’hebdomadaire « Tintin story » puis « Les archives de Moulinsart » qui retracent, album par album, l’histoire de Tintin et de ses amis : passages supprimés dans les albums, dessins refaits ou méconnus, photos inédites…

Cette rubrique obtient un vif succès auprès des lecteurs tintinophiles qui participent activement en envoyant au journal leurs propres découvertes.

 

 

En 1986, aux éditions Fleurus, qui éditent plusieurs revues destinées à la jeunesse, Christian Goux rencontre le scénariste Didier Convard. En compagnie de ce dernier, il fait revivre « Fripounet et Marisette » créés en 1946 par René Bonnet. Toujours scénarisé par Didier Convard, mais aux éditions Glénat, Christian Goux dessine « Les enquêtes d’Henri-Georges Midi », un élégant détective dans la lignée de ceux créés par Agatha Christie. Le premier récit : « Les sept morts de Miss Harington », paraît dans la revue « Gullivore ».

 

 

Christian Goux prend plaisir à rédiger des scénarios pour ses amis dessinateurs. A la fin des années 80 il écrit « Le testament du docteur Zèbre » et « Les calanques de l’enfer » pour Olivier Schwartz et « Un beau timbre bleu » puis « Le moulin à musique » pour le dessinateur Kab, aux éditions Milan. Il scénarise Harry Plaxon pour François Dimberton.